Feurs

Cartographie collaborative et ressources contre la vidéo-surveillance

Accueil > Le projet > Tutoriel de feurs.sous-surveillance.net

Tutoriel de feurs.sous-surveillance.net

lundi 30 juin 2014

Qu’est-ce que le projet sous-surveillance.net ?

Dans les rues, dans les transports en commun, devant les commerces et les écoles... Les caméras se multiplient ! La vidéosurveillance enregistre nos faits et gestes au quotidien, alors que les dispositifs de contrôle ne cessent de s’intensifier et de se perfectionner. Dans ce contexte, "Sous-surveillance.net" propose un outil de lutte. Ce projet permet à chaque ville de se doter facilement d’un site local de cartographie des caméras, publics comme privés, qui filment les espaces publics.

Sous-surveillance.net a été créé en juillet 2012 tout d’abord pour la seule ville de Lyon. Des collectifs locaux se sont constitués dans différentes villes pour s’approprier le projet pour leur ville et développer leur carte. Bourges, Marseille, Paris, Toulouse, Angers, Clermont-Ferrand, Rennes, Saint-Étienne… ont déjà lancé leur site. L’initiative prospère à l’étranger : Berlin, Luxembourg, Genève, Seattle…

Cette cartographie est participative, collaborative et accessible au plus grand nombre. Elle permet de rendre visible la prolifération des caméras tout en collectant un maximum d’informations les concernant. Dès maintenant, chacun et chacune peut s’approprier le site, lutter, agir, participer, partager ses idées, informer, consulter la revue de presse et se réapproprier l’espace urbain !

Celui de Feurs existe désormais : Feurs.sous-surveillance.net, qui répertorie les plus 200 caméras situées dans cette ville de 8000 habitants.

Tutoriel : consultation de la carte
Il suffit de cliquer sur une caméra de la carte puis sur "Plus d’infos et commentaires".
On obtient le détails des informations détaillées sur la caméra, avec photos à l’appui.
Il est possible de modifier le fond de carte. En haut à droite de la carte, on peut choisir entre Mapquest (par défaut), Openstreetmap, Toner, et la photo satellite de google maps.

Tutoriel : saisir une nouvelle caméra

Avant toute chose, quand vous êtes devant la caméra, il faut noter

  • son emplacement (rue ou angle de rue par exemple),
  • son type (dôme, caméra nue, boîte…)
  • et essayer de repérer son opérateur (une pancarte à l’entrée de la zone sous surveillance le précise pour la vidéosurveillance publique, sinon c’est le commerce ou la banque sur laquelle elle est installée). Si vous ne le trouvez pas, signalez quand même la caméra, quelqu’un-e d’autre précisera plus tard.

Le site étant accessible sur smartphone, ça peut permettre de vérifier si la caméra est déjà signalée ou non.
N’hésitez pas à prendre des photos de la caméra, le mieux étant un plan serré et un plan large, cela nous aide à vérifier et éventuellement compléter les informations.
Il faut ensuite s’inscrire sur le site (cela prend 30 secondes). Le bouton "marche" dans le bandeau, en haut à droite, permet de s’inscrire et de se connecter.

1. Donnez un nom à votre caméra, genre du nom du quartier où elle est située. Si vous en saisissez plusieurs, ça peut être "Hôpital 1", puis " Hôpital 2 », etc.

2. Si vous avez pris des photos de la caméra, vous pouvez les ajouter avec le formulaire à gauche du titre "Ajouter une image ou un document".

3. On définit la caméra en deux temps : ses données techniques puis sociales (et éventuellement des infos complémentaires, genre la date d’installation, etc.).

Pour les données techniques :

  • il faut d’abord localiser sur la carte son emplacement, en se déplaçant sur la carte comme sur Googlemap, en faisant glisser la carte et en zoomant. Quand vous avez repéré l’endroit où se situe la caméra, vous cliquez sur le bouton "Pointer sur la carte" puis cliquez à l’endroit où se situe la caméra sur la carte. La caméra apparaît sur la carte dès que vous avez cliqué. Vous pouvez ajuster son positionnement si nécessaire en cliquant sur "déplacer la caméra".
  • puis préciser si c’est une caméra orientable et zoomable (les caméras de la ville le sont toutes) ou une caméra "fixe" genre caméra de banque (c’est bien de pouvoir préciser son orientation latérale et verticale à l’aide des curseurs).

Pour les données sociales, il s’agit de préciser à travers trois champs la nature de l’opérateur et de la caméra : le nom de son opérateur (laissez vide si vous ne savez pas, ou un truc approximatif ; pour les caméras municipales foréziennes, on met "Ville de Feurs"), la cible de la surveillance (population, trafic, etc.).

4. Puis cliquez sur "enregistrer" : la caméra est automatiquement proposée à la modération (mais vous pouvez encore modifier les informations que vous avez saisi,

L’ajout de photo se fait par téléversement. Il est absolument nécessaire de réduire le poids de la photo à quelques centaines de kilooctets et surtout de flouter les personnes et tous les éléments d’identification, telle que les numéros d’immatriculation des véhicules.
Pour le floutage, on peut utiliser un logiciel de retouche d’image, puis l’outil barbouillage ou floutage. Un bon floutage est un floutage complet des silhouettes (pas seulement des visages) de telle manière à ce que la personne qui figurerait sur une photo ne puisse pas s’identifier elle-même avec certitude.
Voici un exemple de floutage satisfaisant :

Qui surveillera nos surveillants ? (Sed quia custodiet ipsos Custodes ? – Juvénal)